LA DANSE DE L’AVENIR

La Danse de l’Avenir 2017-05-26T14:38:52+00:00
« La danse de l’avenir deviendra à nouveau un art hautement spirituel comme au temps des Grecs. Car un art qui n’est pas spirituel n’est pas un art, c’est une marchandise quelconque.
Isadora Duncan

d’Isadora Duncan… à la Danse de l’Être

J’ai avant tout avec Isadora Duncan un lien de cœur et d’esprit, même si mon parcours dans ma recherche en danse a été jalonné de rencontres qui m’ont confirmé ce lien profond.
Je n’ai jamais cherché à imiter ou copier son style, chose qu’elle réfutait à son époque, parlant de sa danse comme d’une « disposition de l’âme qui est en un sens, incommunicable » ». Mais il est parfois des rencontres déterminantes qui, tel que je l’évoque dans mon parcours de vie, changent le cours de votre destin…

Déclaration faite à son arrivée à Athènes par Isadora Duncan – 1903

« Je suis venue en Grèce pour étudier les formes de l’art antique, mais surtout je suis venue vivre dans le pays qui a produit ces merveilles, et quand je dis «vivre» je veux dire danser.

Il y a deux milles ans, vivait ici un peuple qui était parfaitement en accord et en intelligence avec le beau dans la Nature, et cette connaissance et cette empathie trouvaient leur parfaite expression dans ses formes et ses gestes mêmes…

Mon idéal serait de fonder un temple d’art antique dans lequel, telle une prêtresse sacrée, je consacrerais ma vie au culte du beau…
Ce que j’ai dansé jusqu’ici n’était qu’une prière pour cette venue. Que danserai-je dans l’avenir ? Il n’est pas bon d’avoir trop d’idées là-dessus.»
(extraits – Isadora danse la révolution)

  • Lien avec Isadora Duncan et Fabienne Courmont
  • Lien avec Isadora Duncan et Fabienne Courmont
  • Lien avec Isadora Duncan et Fabienne Courmont
  • Lien avec Isadora Duncan et Fabienne Courmont
  • Lien avec Isadora Duncan et Fabienne Courmont

Le lien avec Isadora Duncan

Cette Déclaration qu’Isadora Duncan fit en 1903 à son arrivée en Grèce montre sa quête, à l’instar de Platon du « Bon, du Beau et du Vrai ». Une quête à la fois philosophique et artistique d’une femme visionnaire et pionnière qui trouva son inspiration dans la nature et dans la Grèce antique. Elle ouvrit un chemin, celui de la danse de l’Avenir…

Comment maintenant insuffler la beauté, la pureté, l’élévation de l’âme, qu’elle puisa dans la Grèce antique et dans la nature, à nos jeunes contemporains imprégnés de technologie et coupés de la nature ?

Tout comme Isadora, cette quête m’habite et je la transmet dans mes créations et mon enseignement. Elle m’a amené en Grèce, un siècle après elle dans la continuité de ses pas. Le chemin qu’elle a ouvert est celui que je poursuis désormais. Nos âmes se rejoignent dans un ballet subtil pour célébrer la danse de la Vie. Et le mystère de nos vies reste un livre ouvert sur le temps et l’espace…

Je crois qu’il nous appartient maintenant de danser à nouveau notre reliance au divin, de faire de notre corps un temple, réceptacle vivant de l’Esprit.
En réveillant, il y a un siècle, le feu sacré dans une danse qui «révèle les Êtres à eux-même, les libère de leurs entraves, leur fait découvrir la part de divin qui est en eux» Isadora offrit à l’Occident et au monde le meilleur d’elle-même.

Mon souhait le plus cher est de continuer à éveiller ce feu qui réside en chacun afin que les danseuses de l’Être, en vestales des temps modernes, participent à l’harmonie de la nouvelle Terre en train de naître !

Fabienne Courmont

Lien avec Isadora Duncan